Archives pour mai 2008

31 mai 2008

Combler le vide

Classé dans créativité

Salut tout l’monde !

Un post…vite-vite…avant la fin du mois.

Un pauvre petit post…juste un, ce mois-ci…cou’don, que se passe-t-il avec bibi ?!

Tout le long du mois de mai, j’ai voulu vous parler de Cuba, du mariage de mon gars, sauf que j’aurais voulu d’abord vous raconter le départ de ma chère chienne Daisy, je me sentais presque obligée de le faire, mais ça ne me tentait pas, ni le goût, ni le coeur, alors les jours ont passé, un après l’autre, et j’ai fini par ne rien écrire du tout. J’y reviendrai sûrement un moment donné…je ne sais pas quand…pour l’instant, je vais vous réciter ce que j’ai fait aujourd’hui et ce que j’ai l’intention de faire dans les jours à venir.

Journée le fun

Ma jeune amie Stacy, une fille bourrée de créativité, est arrivée chez moi à une heure de l’après-midi. Aussitôt, on est parties ensemble, direction Le Filon d’Art, une toute nouvelle boutique-atelier installée sur la rue Wellington, dans le grouillant downtown de Verdun-les-Bains.

Stacy était la meilleure personne avec qui plonger dans ce monde de billes, pierres semi-précieuses et crystal Swarovski : c’est une fanatique douée de la fabrication de bijoux. Pour ma part, j’avais l’intention de me procurer le matériel nécessaire à la confection de simples petits bracelets faits de minuscules billes (d’aucune préciosité) enfilées sur du fil élastique. Rien de bien compliqué, rien de très artistique.

J’ai quand même succombé à l’attrait d’une belle grosse bille nacrée aux reflets lunaires, ce qui fait que j’ai aussi acheté du fil de cuir et une breloque en métal, le tout dans le but de créer un joli collier serre-cou, yaba daba dou. Sur la photo, dans le coin droit, tout en haut, vous voyez un amas de corail ; c’est ce qui reste d’un collier qui appartenait à ma mère, collier depuis longtemps brisé et dont les pièces dormaient au fond d’une vieille bouteille d’Aspirine. Je compte en faire un bracelet pour ma cheville. Le bracelet blanc dans le coin gauche, tout en bas, est un souvenir de Cuba ; en os de poisson, il est un peu trop long. Je vais donc retirer quelques billes et monter la balance sur du fil élastique.

Une fois sorties du Filon d’Art, amusées et contentées, nous sommes passées acheter du sushi (pour emporter), une bouteille de vin rosé, un assortiment de baklavas, et une délicieuse tablette de chocolat.

À la maison, on a pu manger sur mon balcon fraîchement fleuri et décoré parce que le soleil a daigné se montrer et qu’on s’est dit, « Hé…c’est l’été ! »

(On a bouffé tout le sushi et la moitié des sucreries ; il fallait en garder pour plus tard. Je sais, c’est inhabituel comme plan de repas, mais l’idée d’un plat principal suivi d’un dessert…et d’un deuxième plat principal suivi d’un autre dessert, résonnait très bien dans nos estomacs.)

J’adore cette nappe. En fait, c’est un châle que j’ai payé 1,99 $ à la Friperie Renaissance. Ses éclats de couleurs me rendent de bonne humeur. Chaque année, je déniche quelque chose de différent ; une fois l’été terminée et le tissus viré guenille sous l’effet du soleil, je le jette sans aucun remord. Vivement l’été suivant ! Ne nous cherchez pas sur la photo…trop tard…nous étions déjà dans la cuisine à préparer la deuxième partie du festin.

Rouleaux printanniers

Encore une fois, c’est Stacy qui m’a guidée dans l’apprentissage d’un autre art, soit celui de la confection de rouleaux printanniers dits rouleaux froids. Oké, ce n’était pas sorcier à figurer, mais c’était beaucoup plus agréable de suivre le processus une première fois, encouragée par une experte, que de m’être emmerdée seule avec mes feuilles de riz et mon vermicelle de la même espèce. Surtout que le cours était accompagné de vin rosé et que nous avions dès la première gorgée troqué le jazz feutré pour du rock and roll, une musique plus appropriée quand est venu le temps de couper/hacher carottes, concombres, mangues et avocats.

Rouleaux de printemps végétariens.

Ils étaient divins.

Avec plein de menthe fraîche et de pousses de pois mange-tout.

Ta dam…il m’en reste trois que j’aurai la joie de dévorer demain matin, au déjeuner.

Ouais, au déjeuner.

MENOUM ! (je me suis parfois laissée aller dans le dosage de la carotte râpée)

Un beau moment bille

Il commençait à se faire tard, la fatigue avait déjà gagné nos corps, le vin nous rendait moi, radoteuse, elle, anxieuse, alors Stacy a consacré un court mais non moins précieux quart d’heure à m’enseigner l’enfilage de la bille (bien viser) et la technique du noeud coulant * qui sert à fixer la bébelle de métal qui fait office d’attache derrière le cou.

(* À ne pas confondre avec le noeud plat, apparamment beaucoup moins solide donc pas du tout sécuritaire.)

Alors voilà…mon beau collier-lune flambant neuf.

Et c’est ainsi que se termine une merveilleuse journée et un magnifique mois de mai.
Yé !

Je vais probablement veiller toute la nuit à travailler sur ma Mappe aux Trésors (suis crinquée à fond). Depuis quatre ou cinq jours, je découpe plein d’images dans les magazines tout en pensant à l’organisation des différentes sections de la mappe. Une étape encore plus excitante s’annonce pour moi ; je la sens gonflée de possibilités pour une vie remplie d’abondance. Go, moi, go !

À plus tard pour la suite.

Caresses et plein d’amour…je suis contente d’être de retour…xoxo