Archives pour la catégorie des personnes qui m’inspirent

27 juin 2017

Hope Gangloff, mes amies artistes, le tremblement essentiel, et mon lunch avec Kindle

La semaine dernière, grâce à mon amie Marta Szabo, j’ai *découvert* Hope Gangloff, une artiste peintre qui vit et travaille à New York City.

C’est le coup de foudre.

Dans le cadre de ma série « ART du jour » sur Facebook, je partage donc quelques-uns de ses tableaux et le style de Gangloff captive aussitôt l’attention de mon amie Nancy McBride.

Lorsque je publie la pièce suivante…

« Serious Snack »
Hope Gangloff — 2011
acrylique sur toile, 91 x 122 cm

… Nancy laisse un commentaire disant qu’elle aime beaucoup la manière dont Gangloff utilise des lignes au lieu des ombres pour créer l’effet de texture/profondeur.

Et c’est là qu’elle me met au défi de faire un dessin dans le même style… avec des lignes.

Ouf.

C’est que depuis la fin de 2014, quand mon Tremblement essentiel aux mains est devenu plus intense, j’ai quasiment abandonné le dessin. Je ne tremble pas tant que ça, mais juste assez pour me déranger. Avec, en plus, un problème de santé que je traine depuis 2011 — présentement guéri à 80%, YESSS —, je suppose qu’à travers tout ça j’avais perdu mon mojo.

Nancy brassait ma cage avec son défi.
Fatigant, ça.

Car j’étais bien, moi, là. Tranquille. Vautrée dans un confort paresseux. Consacrant mon temps à partager l’art des autres et à penser à dessiner sans jamais passer à l’action because ma « condition ».

Lâcher prise, qu’ils disent.

Au moment où j’allais refuser le défi,
Nancy publia son dessin.

Puis elle en publia un deuxième…

« Whimsical tedium » — Nancy McBride

… et c’est là que j’ai embarqué !

Je n’ai pas suivi le style « texture/profondeur avec des lignes ».
J’ai tout simplement dessiné.
ENFIN.

Nancy m’avait mise au défi à 12h30.
À 20h06, je publiais mon dessin :

« PHASE 1 »

MISSION ACCOMPLIE.

Hier, j’ai partagé le produit fini :

« Lunch avec mon ami Kindle »
Encre noire & crayons Prismacolor sur carton
24 x 19 cm

Demain, je vous montrerai ce que j’ai fait avec mon dessin. D’ici là, allez faire un tour chez mes amies artistes :

Marta Szabo — Authentic Writing
Nancy McBride — Portfolio

Merci Marta.
Merci Nancy.
J’VOUS AIME !

20 octobre 2014

FACEBOOK SAGA —> de retour en tant que MUDD grâce à Sister Roma

ALLÉLUIA ! L’intervention de la Divine Sister Roma a fait que je suis de retour sur Facebook en tant que MUDD. 

Voici l’histoire :

Le 30 août, sans avertissement, Facebook désactive mon compte. On est samedi soir, je suis en visite chez des amis, et mon fils envoie un courriel à l’un d’eux disant que mon compte a disparu.

Heiiiiiiiiiiiin ??!!

Je retourne chez moi et tente de me connecter. C’est alors que je reçois un message m’annonçant que mon compte est désactivé et que Facebook exige une preuve de mon identité.

Heiiiiiiiiiiiin ??!!

Lundi, 1 septembre, j’écris mon premier billet au sujet de la FACEBOOK SAGA. Je ne peux pas croire ce qui m’arrive : mon nom n’a pas été pigé au hasard — quelqu’un m’a rapportée !

Heiiiiiiiiiiiin ??!!

Ainsi débute une correspondance par courriel avec une certaine Tinka, employée chez Facebook, à qui j’envoie toutes sortes de preuves indiquant que je suis une « vraie » personne — non pas un imposteur intimidateur — et que je suis « connue » en tant que MUDD Lavoie sur un grand nombre de réseaux sociaux. J’explique aussi pourquoi j’ai choisi de m’appeler MUDD en 1982 et pourquoi je refuse d’utiliser le prénom qu’on m’a donné à ma naissance.

Les semaines se suivent et s’accumulent. J’échange maintenant des courriels avec Arnold, autre employé chez Facebook, à qui je fais parvenir les liens et captures d’écran déjà envoyés à Tinka, mais à mon grand désespoir, je reçois toujours la même réponse : on exige des preuves légales que je suis vraiment MUDD Lavoie. Personne ne prend le temps de lire mon plaidoyer… de comprendre pourquoi, en 1982, j’ai choisi de m’appeler MUDD.

Le 16 octobre, je tombe sur un article du Market Watch : How Aunt Barbara fought Facebook and got her name back. YESSSSSS… il existe une Déesse = elle s’appelle Sister Roma !

Je lui envoie un tweet… et Sister Roma y répond sans tarder :

Le jour suivant — 17 octobre — Sister Roma refile mon « dossier » à son contact Facebook et quelques heures plus tard, mon compte est réactivé !

AU BOUT DE 48 JOURS.

MERCI, SISTER ROMA!

Pendant ce temps-là, dans le Monde Réel, ma demande de changement de nom a fait son chemin vers le bureau du Directeur de l’état civil — plus de détails dans mon prochain billet.

Autres articles au sujet de Sister Roma et sa MISSION:
Facebook Could Become Drag-Queen-Free Tomorrow
BBC NEWS — Facebook apologizes to drag queens over real name use
Facebook still freezing accounts despite apology to drag queens over ‘real names’

Va suivre Sister Roma sur Twitter & donne-lui un LIKE sur Facebook

1 mai 2014

je, mon âme, et moi

Cette citation m’a brassé la cage, ce matin :

« After a while the middle-aged person who lives in her head
begins to talk to her soul, the kid. »

(traduction libre — « Après un certain temps la personne d’âge moyen qui vit dans sa tête commence à parler à son âme, le gamin. »)

Alors donc, inspirée par les paroles de Lamott, j’ai aussitôt commencé à parler à mon âme… en anglais, of course :

« Hey kid… stop trying so hard. Relax.
I LOVE YOU. Now let’s go out and PLAY. »
— Mudd Lavoie

(traduction libre — « Hey, le kid… arrête de faire autant d’efforts. Relaxe. JE T’AIME. Maintenant, allons jouer dehors. »)

P.S. : C’est moi dans la photo avec Kitty, mon premier chien.
En 1954. J’ai 4 ans.

Veux-tu jouer avec moi ?

7 août 2012

30 jours de GRATITUDE – jour 20 (merci à tous les FOUS PASSIONNÉS)

Je suis reconnaissante envers Vincent Van Gogh parce qu’il fut le premier artiste à m’inspirer.

DESSIN INSPIRÉ PAR VAN GOGH (inachevé, fin années 70, encre noire) MUDD LAVOIE

Mudd Lavoie — dessin inachevé (encre noire) fin années 70

Dans les années 70 et 80, j’ai passé beaucoup de temps à lire sur la vie de Van Gogh et à tenter de reproduire ses dessins, ses peintures, son style. Je sentais aussi une profonde connection avec lui parce qu’il était un être émotionnellement perturbé et brisé — je n’étais plus SEULE.

Je suis reconnaissante envers Billie Holiday parce qu’elle avait un talent phénoménal et que sa voix m’émouvait, me chavirait. J’ai passé d’innombrables journées et surtout d’innombrables nuits, noyée dans l’alcool, à écouter ses disques, à chanter avec elle… chaque chanson un coup de poignard dans mon coeur déjà meurtri. (Tuez-moi, quelqu’un !) Bien sûr, je sentais aussi une profonde connection avec Billie parce qu’elle était un être émotionnellement perturbé et brisé.

Je suis reconnaissante envers Jack Kerouac parce que j’ai été renversée par son style d’écriture dans « On The Road » et aussi… vous me voyez venir, n’est-ce pas… je sentais une profonde connection avec lui parce qu’il était un être émotionnellement perturbé et brisé.

Je suis reconnaissante envers Bette Davis parce qu’elle était une TRÈS GRANDE actrice.

BETTE DAVIS dans le film Hush... Hush, Sweet Charlotte (1964)

Bien sûr, je sentais aussi une profonde connection avec les personnages émotionnellement perturbés et brisés qu’elle incarnait dans ses films, en particulier son rôle de Charlotte dans  Hush… Hush, Sweet Charlotte parce qu’elle était radicalement FOLLE  À LIER.

Je suis reconnaissante envers tous les artistes émotionnellement perturbés, passionnés, brisés, fous, lunatiques, déprimés, suicidaires, capotés qui partagent leurs talents, leurs pensées, leurs oeuvres, et se dénudent devant nous corps et âme parce que c’est réconfortant de réaliser que certaines personnes sont PRESQUE aussi folles que moi. HA!

MERCI À L’UNIVERS !

Pour plus de détails sur le Jour 20 du GRATITUDE CHALLENGE, rendez-vous sur le blogue de Nicole Cody.