Archives pour la catégorie livres

11 février 2016

challenge photo FLOW — jour 11 : lecture du moment

Classé dans livres

Mes lectures du moment, de gauche à droite :

[ clique sur la photo pour l'agrandir ]

[ clique sur la photo pour l’agrandir ]

Full Catastrophe Living: Using the Wisdom of Your Body and Mind to Face Stress, Pain, and Illness, et sa version française, Au coeur de la tourmente, la pleine conscience, par Jon Kabat-Zinn.

Je possède ce livre dans les deux langues car je suis sensée faire part de mes notes et réflexions sur les deux côtés de mon blogue. Je lis et prends des notes régulièrement, sauf que je n’ai rien publié à ce sujet depuis décembre dernier. Voici le lien vers l’unique billet — d’autres suivront… éventuellement :
AU COEUR DE LA TOURMENTE — je plonge à nouveau !

A Death in The Family, par Karl Ove Knausgaard.

Les deux prochains sont mes lectures pour le bain :

Improvisation For Actors And Writers: A Guidebook For Improv Lessons In Comedy, par Bill Lynn.

Zen and the Art of Stand-Up Comedy, par Jay Sankey.

Demain : par la fenêtre.

CLOTURE 440

1 décembre 2015

AU COEUR DE LA TOURMENTE — je plonge à nouveau !

Classé dans livres, santé et forme

AU COEUR DE LA TOURMENTE, la pleine conscience

La semaine dernière, j’écrivais sur mon blogue anglo à propos du livre de Jon Kabat-Zinn, FULL CATASTROPHE LIVING — Using the Wisdom of Your Body and Mind to Face Stress, Pain, and Illness. Je disais avoir acheté le livre en avril de cette année, déterminée que j’étais à réparer les dommages causés à mon corps, ma tête et mon âme par 65 années de stress mal géré.

Because 2015 est mon Année de guérison.

J’écrivais qu’au bout d’un certain temps, j’avais laissé tomber le programme (qui devait durer 8 semaines) sans pour autant abandonner les bonnes habitudes prises lors de cette première étape, soit la méditation du matin et les repas mangés en pleine conscience.

C’est quand même pas pire !

La semaine dernière, j’avais l’intention de documenter ma deuxième étape en anglais seulement, question de m’alléger la tâche un peu. Eh bien aujourd’hui, ce n’est plus le cas : j’ai acheté le livre de Kabat-Zinn traduit en français — AU COEUR DE LA TOURMENTE, la pleine conscience — et je partagerai dorénavant mes notes et mes expériences dans les deux langues, doublant ainsi mes chances de guérir du stress, de l’anxiété et de la douleur avec la méditation. HA.

Voici une courte vidéo dans laquelle Jon Kabat-Zinn présente son programme. Si vous ne comprenez pas l’anglais, vous allez au moins rencontrer l’homme grâce à qui des milliers de personnes ont appris à relaxer au coeur de la tourmente…

 

1 avril 2013

Pâques à La Roulotte de St-Jovite

Classé dans bonheur, livres

Jour de Pâques vraiment tranquille, hier. Mon fils Vincent travaillait à la Station Mont-Tremblant, ce qui fait qu’on n’a pas pu descendre en ville pour les festivités en famille. Depuis que je suis dans le nord, j’ai manqué pas mal de fêtes… et ça commence à me peser sur le coeur. Mais bon, c’est la vie, et cette vie va bientôt prendre une nouvelle tournure — restez à l’écoute.

Déterminée à ressusciter ma bonne humeur, je suis allée promener ma solitude, direction downtown St-Jovite. Après une visite chez Jean Coutu pour acheter deux minis oeufs Cadbury — à dévorer dans la soirée —, j’ai décidé de m’offrir un festin fast food à La Roulotte dont les portes sont à nouveau ouvertes depuis le 1er mars, signe que le printemps est arrivé. Yé !

La Roulotte, St-Jovite (Mont-Tremblant) photo MUDD LAVOIE

Le propriétaire, qui a préféré ne pas être photographié (dommage, car c’est un sacré bel homme), m’a raconté — après que je lui ai dit que ses frites étaient les meilleures frites au monde — que j’avais là le résultat de 35 ans d’expérience dans la confection de patates frites… rien de moins. Son parcours a débuté à Senneterre, en Abitibi, où il possède toujours son premier commerce, et ces derniers 10 ans, il a mis ses énergies au profit de sa Roulotte de St-Jovite, perfectionnant sans cesse sa recette de sauce barbecue = absolument délicieuse !

frites, sauce et Coke à La Roulotte / photo MUDD LAVOIE

Malgré la présence de 10 chauds degrés Celsius à l’extérieur, j’ai opté pour une table à l’intérieur, collée sur le bord des fenêtres. Le soleil m’a offert un beau cadeau : perçant les nuages juste pour moi, il m’a accompagnée tout au long du repas. J’ai pu étirer mon plaisir en lisant deux chapitres du livre The Guru Looked Good, un premier recueil de mémoires écrit par Marta Szabo, une amie Facebook. Si vous comprenez l’anglais, voici un billet qui offre quelques détails à son sujet.

Une fois mon envie de frites-sauce assouvie, je suis rentrée chez moi… une autre marche de 3.5 kilomètres au cours de laquelle j’ai pu roter mon Coke dans l’air pur des montagnes.

LA ROULOTTE St-Jovite Mont-Tremblant Québec Canada photo MUDD LAVOIE

Je vous laisse avec cette photo prise l’été passé
La Roulotte dans toute sa splendeur colorée !

Adresse : 795, rue de St-Jovite, Mont-Tremblant, Québec
(stationnement à l’arrière, tables de pique-nique, mini putt)

fleurs / dessin MUDD LAVOIE

13 janvier 2013

L’écrivain de la famille (Grégoire Delacourt)

Classé dans exTRAIT du jour, livres

« L’écrivain de la famille » est le premier roman de Grégoire Delacourt.

L'écrivain de la famille (Grégoire Delacourt)

C’est l’histoire d’Édouard qui, à 7 ans, écrit un poème de 4 rimes qui déclenche aussitôt l’admiration de ses parents. Dès lors, on le proclame Écrivain de la famille. Marqué au fer rouge par ce titre qui l’angoisse plus qu’autre chose, il traînera son angoisse/ambition tout au long des années 70, 80 et 90 — de l’enfance à la vie adulte, de l’école au bureau, du lit conjugal au lit (…).

C’est aussi l’histoire d’une famille un peu folle, déchirante, déchirée. Je me suis attachée au frère cadet — il m’a arraché le coeur.

C’est une série de courts chapitres, des scènes de 3 ou 4 pages qui se dévorent comme un plat de délicieux petits canapés… parfois difficiles à avaler.

C’est drôle. Poignant. Cru.
Troublant de retenue.

J’ai a.do.ré.

*
*   *

EXTRAIT :

La psychanalyse fit des ravages dans notre famille.

Ma mère ne parlait plus parce qu’elle gardait ses mots pour son analyste, un certain Boucher, à Lille. Mon père se taisait parce qu’il savait que si les mots peuvent guérir, ils peuvent aussi blesser, détruire. Et nous n’osions poser de questions. Ouvrir la bouche pouvait déclencher un cataclysme.

Exemple.

Dans la cuisine jaune pâle qui avait vu mes débuts d’enfant de lettres, qui se souvenait de nos joies à être parfois une famille drôle et légère comme celles qui habitent dans les films de Frank Capra, je demandai un soir à mes parents alors que nous étions à table :

 — Est-ce que le silence ça veut dire qu’on ne s’aime plus ?

 Il y eut un silence, cela va sans dire, puis des objets volèrent.

Claire se mit à hurler, atteignit une octave inconnue. Mon frère en larmes l’imita ; terrifié, il se colla à elle, disparut en elle. Ils coururent sous les bombes se réfugier dans sa chambre. Je restai là, paralysé.

Il faut avoir vu ses parents se battre pour comprendre qu’un enfant puisse avoir envie de mourir.

Je m’allongeai sous la table. Un chiot trouillard.

Ma mère sortit de la cuisine, claqua la porte. Plus tard mon père quitta doucement sa chaise. Ses jambes tremblaient. Un vieillard de quarante-six ans désormais. Il entreprit de ramasser les mots brisés sur le sol, salière, assiette, verre, broc, ramequin. Il les recollera, les mots éparpillés. Puis il les rangera à leurs places premières, dans le bon ordre, pour en faire une phrase qui dit que tout va bien, que tout rentre dans l’ordre justement. Avec le temps, il tentera de cacher les cicatrices des mots. Il les poussera loin dans l’ombre du placard, jusqu’à l’oubli.

*   *
*

J’attends de lire son deuxième roman, « La liste de mes envies ».
On s’en reparle.

Grégoire Delacourt, auteur, L'écrivain de la famille

Rendez-vous sur le site de Grégoire Delacourt
vous y trouverez plein d’info et de belles images !