21 avril 2012

Jean Charest et son printemps québécois…

Les esprits s’échauffent au Québec !

Et plus particulièrement à Montréal où, je le crains,
on est à la veille d’exploser.

Le carré rouge est devenu le symbole de la lutte étudiante contre la hausse des frais de scolarité. Sauf que tout dégénère suite à l’arrogance de notre premier ministre, Jean Charest, et c’est une bonne partie de la population du Québec qui est en train de se soulever.

Ça me rappelle les années 60, 70, 80.

Je vois d’ici René Lévesque nous faire son p’tit sourire en coin…

Jean Charest et son printemps québécois

Je vous laisse donc avec ces quelques extraits d’articles en espérant que tout se règlera avec du gros bon sens et non pas avec des gros coups bas !

Notre juste part

« Si le mouvement se poursuit, 2012 sera retenue dans les livres d’histoire comme une des belles années du Québec moderne. Elle le sera si le silence cesse, vraiment. Et que s’installe à demeure l’ambition de rêver, de bouger, de construire et de mieux répartir cette fameuse richesse dont on nous parle tant. »
— Josée Legault (Lisez l’article dans le VOIR)

CARRE ROUGE JEAN CHAREST PRINTEMPS QUEBECOIS

Nous, mères indignées

« Nous rappelons au gouvernement que ce mouvement étudiant est un magnifique exemple de mobilisation pacifiste porté par l’intelligence admirable et le discours sophistiqué des jeunes qui le soutiennent. C’est notamment en raison de cela que le mouvement étudiant québécois est appuyé par une portion substantielle de la population et attire présentement le regard du monde. Refuser d’engager un dialogue démocratique avec l’ensemble de ce mouvement, mépriser ainsi les étudiants, tout cela porte atteinte, en vérité, à votre propre dignité. Tenter de les museler par la force porte atteinte, en vérité, à votre propre légitimité.

En tant que mères, nous condamnons la violence structurelle et physique que vous déployez contre nos enfants. Cessez de jouer avec la rhétorique de la condamnation de la violence: dans les circonstances actuelles, ce discours soi-disant vertueux vous ridiculise. Dans le rapport de force qui vous oppose en ce moment aux étudiants, c’est vous qui portez la plus haute responsabilité sur vos épaules parce que c’est vous qui avez le gros bout du bâton. Nous ne vous permettrons pas d’en user, surtout pas à coup de grenades assourdissantes, de matraques, de boucliers et de poivre de Cayenne, contre nos jeunes citoyens, contre nos enfants. »
— Ryoa Chung, Professeure au Département de philosophie de l’Université de Montréal, et Caroline Allard, Auteure des Chroniques d’une mère indigne (Lisez l’article dans le DEVOIR)

CARRE ROUGE JEAN CHAREST PRINTEMPS QUEBECOIS

Jean Charest trouve le moyen de trouver ça drôle

« Suis-je le seul à penser qu’on s’attend à ce que le premier ministre du Québec s’abstienne de transformer ces troubles qui secouent rues et campus en punch pour faire rire un parterre de gens d’affaires ? Ce qui dérange, c’est la connivence qui se dégage de la scène, les rires gras de l’auditoire, qui ne font qu’encourager le PM dans ses visées humoristiques. C’est cette impression qu’on a affaire, ici, à une clique qui se sent si à l’aise ensemble que ce qui se passe hors des murs du Palais des congrès n’est qu’une malencontreuse échauffourée dont il faut bien rire. »
Patrick Lagacé (Lisez l’article et voyez la vidéo dans LA PRESSE)

CARRE ROUGE JEAN CHAREST PRINTEMPS QUEBECOIS

Où est ma société ?

« Il y a beaucoup plus, dans ces manifestations, qu’une opposition à la hausse des frais de scolarité. Et il y a beaucoup plus que les “anars” casseurs et leurs amis des Black Blocks. Il y a une peur et l’inquiétude réelle des enfants des baby-boomers face à l’avenir de la société, du système économique et face à la vie qu’auront ceux qui seront du mauvais côté de la “track” comme on disait jadis.

On a besoin d’un ou d’une leader, de quelqu’un qui n’est pas dans la querelle — leaders politiques et premiers ministres s’abstenir — qui ait le respect de tous et soit capable de s’élever pour calmer les foules, pour agir comme médiateur, comme calmant. Une personnalité qui ne parle au nom d’aucun groupe, d’aucun gouvernement, mais seulement au nom du gros bon sens. »
— Marie-Claude Lortie (Lisez l’article dans LA PRESSE)

CARRE ROUGE JEAN CHAREST PRINTEMPS QUEBECOIS

 

4 commentaires

  1. France dit:

    Merci pour ces articles, je vais aller faire mes lectures ;) Et quel belle illustration pour parler de ce printemps!

    21 avril 2012 à 22:15

  2. Mudd dit:

    Allô France !

    Que c’est donc agréable d’avoir de la visite un samedi soir — merci d’être passée.

    Et reviens faire ton tour plus souvent… :-)

    xoxo

    21 avril 2012 à 22:24

  3. France dit:

    J’vais repasser, certain !! Tu es adorable! xox

    21 avril 2012 à 22:48

  4. Mudd dit:

    COOL !

    La prochaine fois, je sortirai les chips pis la liqueur ;-)

    xoxo

    21 avril 2012 à 22:49

Merci de laisser un commentaire.

Nom :

Adresse courriel :

Adresse de site web :

Commentaire :